Manufacture Dolmen, le made in France solidement ancré en Bretagne !

L’un des plus anciens fabricants de vêtements professionnels et de loisirs encore en activité en Bretagne est en route pour bientôt fêter son premier siècle d’existence. Installée depuis 1922 dans l’agglomération de Guingamp (Pabu), la Manufacture Dolmen a vaillemment traversé toutes les époques, plus ou moins fastes, de la filière textile française.

L’un des plus anciens fabricants de vêtements professionnels et de loisirs encore en activité en Bretagne est en route pour bientôt fêter son premier siècle d’existence. Installée depuis 1922 dans l’agglomération de Guingamp (Pabu), la Manufacture Dolmen a vaillemment traversé toutes les époques, plus ou moins fastes, de la filière textile française. Continuer à lire … « Manufacture Dolmen, le made in France solidement ancré en Bretagne ! »

Le jean made in France a t-il encore de l’avenir ?

Bien avant la musique électronique, la « French Touch » a fait le tour du monde grâce aux talents créatifs de nos jeaners nationaux. Une touche reconnue depuis les années 70 avec des marques françaises telles que Chipie, Liberto, Bonaventure, Buffalo, C17, et bien entendu Marithé + François Girbaud. Ces labels créaient, confectionnaient, ennoblissaient et employaient plusieurs milliers d’emplois dans l’Hexagone. Que reste t-il de cette époque faste ? La filière jean made in France a t-elle les moyens de redémarrer ?

Bien avant la musique électronique, la « French Touch » a fait le tour du monde grâce aux talents créatifs de nos jeaners nationaux. Une touche reconnue depuis les années 70 avec des marques françaises telles que Buffalo, C17, Chipie, Liberto, Bonaventure, Newman, et bien entendu Marithé + François Girbaud. De la création à la confection, en passant par l’ennoblissement, ces labels généraient plusieurs milliers d’emplois dans l’Hexagone. Que reste t-il de cette époque faste ? La filière jean made in France a t-elle les moyens de redémarrer ? Continuer à lire … « Le jean made in France a t-il encore de l’avenir ? »